Jean Cocteau
Lycée
Miramas cedex
 

Quadrilatère

vendredi 5 juin 2015

Henry
allait à la
plage tous les
jours de vent. Il
l’adorait parce que
son jouet préféré pouvait
alors fonctionner. Tout le monde
le reconnaissait à son magnifique cerf-
volant ! En se levant, il pensait à faire voler
son cerf-volant, en se couchant il espérait pouvoir
faire voler son cerf-volant. Les enfants savaient que s’ils
voulaient réaliser un cerf-volant, ils pouvaient demander à Henry.
Henry était un professionnel du cerf-volant. Tellement passionné que
son souhait était de voler, comme un cerf-volant. Sa passion lui venait du
fait que sa mère lui disait qu’il y avait « toujours un arc-en-ciel derrière les
nuages ». Alors lorsque ses parents disparurent, que son ciel se voilât de
nuages, il voulut vois s’il y avait vraiment un « arc-en-ciel derrière les nuages »… Il réalisa un appareil avec une grande étoffe, de grandes
branches et alla se percher tous les jours de tempête sur la plus
haute colline du village. Il accrochait une longue corde à un
rocher et s’envolait très haut dans le ciel jusqu’à ce
que le vent se calme… Henry disait que son dernier
souffle lui serait insufflé par le vent du haut
de son cerf-volant géant !


C’est un beau jour que ce jeune homme est arrivé. Il était d’une telle finesse qu’il effrayait tous les villageois. Il s’étalait de tous son long sur une hauteur incroyable. Son visage était lui aussi très fin et très grand. Il avait les cheveux châtains clairs, plutôt court, des yeux marrons, un nez assez imposant et une bouche avec de grosses lèvres. Il n’était pas très musclé, mais mou. Quant à son mental, il était aussi mou que lui. Il n’était pas très futé, sans aucun courage, très timide et n’avait pas beaucoup d’amis. Il était aussi feignant et beaucoup menteur. Il s’appelait Jean-Claude RECTANGLE.


Bernard, ne parlait pas il était pensif
Sa coiffure parfaite prenez le vent
Aucunes mèches de travers, aucuns cheveux dépassant
Il était là sur ce banc pensif.

Le corps taillé en V
Les épaules bien dessinées
Pas un gramme de trop
C’était le plus beau.

Ses deux jambes enracinées
Il paraissait puissant comme un titan
Tout était parfait et grand

Rien de travers de la tête aux pieds
Et en plus de son physique parfait
Ce Bernard était un carré.

 
Lycée Jean Cocteau – BP 33 - 13141 Miramas cedex – Responsable de publication : Jean-Christophe DURIVAL (Proviseur)
Dernière mise à jour : mardi 7 janvier 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille